Le père Pedro

Tout sur les pierres précieuses

Bungalows île aux Nattes

www.hotel-tana.net

Tueurs en série, escrocs, malédictions

Bien choisir son huile essentielle

Anecdote routinière 2 par JP Song

A l’aube, un 4X4 qui allait nous dépassé s’est arrêté, on a pensé être pris en charge, meuh non, il s’agissait du député Machin qui rejoignait lui aussi sa famille, la même que notre compagne de route…
- Mais que fout la voiture de ma nièce ici, on lui a tous dit qu’il ne fallait pas qu’elle vienne à Manakara avec cette voiture trop basse…nous devons filer, bon courage…
Mort de rire ! Quelle couille, tout ça pour venir frimer avec son tacot. L’aube s’était déjà fait la tangente depuis un bail quand nous vîmes enfin arriver la seconde partie de cette anecdote. Il y avait tonton garagiste avec son fiston et notre galérienne, dans un pick-up anodin. Présentations, étude du problème, réflexion, blabla divers…au bout de 30 mn je commençais à m’immiscer dans la conversation dont je ne comprenais que pouic.
- Ha oui c’es vrai faut dépanner la voiture…
- Je vais vous aider, vous avez une barre ou une corde ?
- Non, pas besoin, tu vas voir vazaha comment on fait à Mada.
Alors là respect…il envoie le fiston couper de la rabane, ensuite ils l’éffilochent, la tendent et en font des tresses qu’il m’est expressément proposé de tester, c’est du costaud. Bien qu’impressionné , je me dis que si ce con était venu avec une corde on aurait économisé une heure, bref ! La tresse est super mais comment la fixer de part et d’autre ? Mon côté bricoleur prend le dessus et je vois vraiment pas comment il vont s’y prendre. Au cul du 4x4 il y a un gros anneau où la tresse peut être enfilée et une fois revenue sur elle-même elle est ficelée avec la même matière. Pour la Golf c’est au pif sur un essieu. Ben merde ! Sont fortiches.
Le fiston s’installe dans la tuture et nous autres dans le pick-up et nous v’là parti, enfin ! Mais au bout d’à peine 1 km la tresse lâche, pas grave, fiston y redonne quelques tours de liane et re go.. 500 m plus tard rebelote, il est alors décidé de refaire de la tresse et de la fixer autour de la calandre…presque 1 heure plus tard nous repartons pour 800 m de plus. Je ne sais plus si la tresse avait tenu mais en tout cas tout l’avant de la bagnole avait été arraché.
C’est là que votre narrateur est intervenu. D’après ma future épouse j’aurais quelque peu été très limite dans mes propos, toujours est il que personne n’a moufté, j’ai simplement pointé du doigt un village et ai sommé le tonton de m’y amener, il a traduit fissa l’objet de mes désirs et nous sommes repartis avec un tas de cordes. Vu le paquet de cordes cela a finalement tenu jusqu’à destination.
- Tu vois gasy, ça marche aussi, même p’têt mieux !
On s’est fait conduire chez Lionel, il restait une piaule, ça tombait bien. Notre compagne de route nous a proposé de finir le voyage le lendemain une fois la voiture réparée…quand je pense à l’état de la voiture, carter archi naze, plus d’avant, plus les éventuelles autres pièces qui avaient du morfler. Pour la forme nous appelâmes la donzelle, bien sur rien n’avait été fait, nous prétextâmes l’urgence de notre rendez vous et partîmes le lendemain en moto. Nous nous revîmes à peine à Tana, sa voiture fut enfin réparée en février…a du lui coûter cher le voyage surtout si c’est tonton qui s’est farci le boulot. A suivre pour de nouvelles anecdotes…….

Anecdote routinère 1
Retour anecdotes

Graines de bitume, enfants de la rue, Tana

Mokana, orphelinat à Fianarantsoa